Exposition 18 vues de KYOTO

par Lornet-Design

du 2 mai au 4 juin 2016

Vernissage samedi 21 mai à 16h

Exposer ainsi sa vision du Japon contemporain à travers des représentations personnelles de la ville-musée que prétend être Kyoto peut sembler une gageure, tant cette cité, autrefois capitale, est façonnée à la fois par son histoire culturelle tout autant que par le désir politique actuel d’y faire miroiter une sorte d’âge d’or.
Ce n’est évidemment pas de cela qu’il est question ici.
A travers ces deux premières séries d’oeuvres picturales, je souhaite présenter une expérience de la Vie, de ma vie, aussi anodine ou futile puisse-t-elle apparaître aux yeux de l’univers.
Amoureux de la culture japonaise sous ses formes les plus diverses, je m’étais juré de partager avec celle que j’aime un repas de poissons crus au Japon. C’était il y a quinze ans.
La patience étant mère de tous les vices, elle permit qu’enfin se réalise ce fantasme fou qui me donnait l’occasion d’immortaliser des instants longuement espérés.
Le but de ces images est de susciter l’Autre, à travers une culture doublement parallèle, à la fois insulaire et si éloignée de celles que je connais.
Ce sont les différences qui rendent à l’Humanité son attrait, tant les souffrances, les erreurs, et les travers des Hommes sont semblables et immuables sur toute la planète.
Ce sont les différences culturelles, visuelles, alimentaires, comportementales, philosophiques, spirituelles, ce sont toutes ces différences et tant d’autres, tout autant que l’amour et le frisson de l’appréhension qu’en ont ceux qui sont étrangers les uns aux autres, qui font le ciment hélas si fragile du monde des Hommes.
C’est donc de cela qu’il s’agit ici : partager l’ineffable de la vie des Hommes à travers une succession de légèretés anodines pour certains, sensationnelles pour d’autres, inoubliables pour moi.

L’artiste Lornet-Design

Né en 1974.
Vit et travaille comme il peut et où il veut.
De formation universitaire, il obtient avec mention une maîtrise en histoire de l’art et archéologie en 2000, délivrée par l’Université de Dijon.
Il est graphiste indépendant de profession depuis 2007, inscrit à la Maison des Artistes sous le numéro L775304.
Fervent amateur de la vanité caractéristique de l’Humanité, il n’arrête pas de déconner sur le web et les réseaux plus anonymes, entre deux graves demis pression.
Souvent il doute.
Il aime le travail fait avec amour, ne fait aucune concession quant à la qualité, et est friand de cuisine élaborée.
Ses relations sociales sont quasiment nulles. Sa vénération pour la justice fait de lui un être hors du monde tel qu’on le connaît, un fieffé misanthrope qui a fait sienne la devise « Qui bene amat bene castigat ».
L’art est pour lui un moyen de partager sensations et amours.